Programmation Danse

Visuel

Théâtre de la Rotonde

Alice

Jeudi 18 Janvier à 20h30

Vidéo

Cette nouvelle proposition nous invite à entrer dans l’univers fantasmagorique du célèbre Lewis Carroll.

Quelle est donc cette fable que nous raconte Lewis Caroll ? Un rêve ? Une analyse psychanalytique de l’enfance enrubannée de merveilleux ? Une nouvelle histoire à la Peter Pan qui ne veut pas grandir et surtout qui ne veut pas devenir adulte ? De tout ceci, on ne sait.

Une perte de repères dans lequel le merveilleux se mêle à l’effroi. Le temps, l’espace sont envahis par la démesure. Le « moi » est alors pressurisé jusqu’à douter de lui-même.

Qui est-elle ? Une petite fille ou une sorte d’avatar distordu mal dans sa peau ?

Les sentiments d’Alice sont contrariés ; la joie se mêle à la peur, le calme à la fébrilité ; seules constantes, la curiosité, la volonté d’avancer coûte que coûte.

Entre rêve et réalité, Alice  s’adresse aux enfants qui ne veulent pas grandir trop vite et qui rêvent en multiples dimensions.

Dans cette pièce, élaborée avec des images vidéo et des décors surprenants, le temps et l’espace sont envahis par la démesure.

De l’infiniment petit, à l’infiniment grand, de la vitesse au ralenti, de la hauteur à l’horizontalité,  les 23 jeunes danseurs traversent cet affolement du temps et de l’espace en s’intégrant à l’intérieur d’images vidéo qui accentuent la perte de repères.

Au-delà de l’étrangeté du voyage d’Alice underground et les principales caractéristiques du récit étant celles de la dilatation du temps, de l’espace et de sa propre taille, la palette de sons utilisée est celle d’instruments aux timbres insolites tant pour les percussions - gong, caisses, verres, cloches…  que pour les instruments mélodiques - monocorde Dan Bau, scie, moog…, les effets glissandi et ralentissements (ou accélérations) de tempo, filtrage de différentes couches instrumentales des musiques... L’univers intérieur d’Alice elle-même sera climatique, chargé de sons énigmatiques, sourds et souterrains.

La présence des autres personnages sera constituée de musiques paradoxales, musiques à l’envers, rythmiques orthopédiques pour souligner l’étrangeté des différentes personnes qu’elle rencontre.

Un voyage dans l’absurde, dans le non-sens sur un fond d’inquiétude dans le pays du songe.

 

 « Mais alors, dit Alice,  si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? »

Alice au pays des merveilles, Lewis Carroll

 

Avec :
Chorégraphie : Josette Baïz
avec la participation de Kanto Andrianoely, Julien Azilazian, Tom Ballani, Sinath Ouk, Stéphanie Vial
Avec : Romàn Amiel, Siatadine Attouwia, Romane Auguet-Mancini, Sarah Benaïssa, Gaspar Bihannic, Nesrine Bouchama, Jossilou Buckland, Malou Chaumont, Clémence Gimié, Emma
Giobbi, Sarah Green, Noa Ignacimouttou, Tony Ignacimouttou, Rose Itkin, Souhila Kari, Anthony La Rosa, Mathieu Louit, Samuel Malerbe, Marissa Maliapin-Chenard, Olivia Mari, Louis Seignobos, Lola Silly, Charles Valton
Scénographie et lumières : Dominique Drillot
Images 3D et vidéos : Dominique Drillot, Matthieu Stefani
Textes : Frédéric Nevchehirlian
Musiques : Jean-Jacques Palix, Robin Rimbaud, Maamo, Alva Noto, Jabbawoockeez, Angel Haze, Simon Serc - PureH
Création costumes : Claudine Ginestet
Maître de ballet : Elodie Ducasse
Répétitrices : Sinath Ouk, Stéphanie Vial
Régie Générale : Erwann Collet
Régie Son : Mathieu Maurice
Habilleuse : Sylvie Le Guyader

Co-production
Le Merlan, scène nationale de Marseille. Avec le soutien du Merlan, scène nationale de Marseille et du Théâtre des Salins, scène nationale de Martigues dans le cadre d’accueil en résidence.

Le Groupe Grenade est subventionné par le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône, le Conseil Régional PACA, la Communauté du Pays d’Aix, la Ville de Marseille et la Ville d’Aix-en-Provence.


Contact 03 29 65 98 58