Les Lettres de mon père (20h30)
Théâtre d'objets - jeune public - A partir de 9 ans

Mardi 30 janvier à 20h30
Auditorium de la louvière
3
Plein tarif 17 €
Abonnés 3 spectacles ou tarif réduit 1 14 €
Abonnés 6 spectacles ou tarif réduit 2 11 €
Plein tarif 2ème catégorie 14 €
Enfant de moins de 15 ans 9 €
Pass’ Lycéen et apprenti 9 €
En vidéo
En photo

Comment notre regard sur la vie de nos parents peut changer peu à peu en se détachant d’eux, en grandissant…

Dans la famille Limbos, il y a deux parents et cinq enfants (trois garçons, deux filles). En 1959, ils déménagent au Congo qui est encore une colonie belge. Le père Limbos vient d’être chargé de la direction de l’Ecole des cadres; il forme de jeunes hommes congolais à devenir instructeurs. À l’indépendance en juin 1960, les enfants Limbos sont renvoyés en Belgique. Leur oncle Pierre est le curé du petit village de Dongelberg. Il les accueille chez lui. Pendant un an, les enfants alors âgés de cinq à douze ans vivent séparés de leurs parents restés au Congo. J’avais 8 ans. L’enfant que j’étais fut traumatisé par cet abandon. La femme de 70 ans que je suis devenue a maintenant le désir de rentrer en dialogue avec cette fillette d’alors.

Agnès adulte plonge dans le regard de mini Agnès. Mini Agnès est bouleversée par l’absence de ses parents, elle s’imagine les grands dangers qu’ils courent au Congo. Dans un fauteuil trop grand pour elle, elle a peur. Dans un jeu de questions réponses, l’adulte réconforte l’enfant et l’enfant console l’adulte.

Agnès entend son oncle lire ces lettres qui reproduisent des visions dévalorisantes des personnes noires. Chez elle et à l’école, on ne lui parle pas de l’exploitation qui rime avec la colonisation. Ce n’est que plus tard qu’elle se renseigne et essaie de comprendre l’esprit missionnaire qui animait son père. Relire ces lettres, c’est se confronter au paternalisme et au racisme, reconnaître ces schémas dans lesquels on a grandi et qui nous ont construits.

« Ernest a planté du chanvre dans la parcelle, mais je vais le lui interdire, car le chanvre, c’est du poison et les Congolais ne savent plus ce qu’ils font quand ils fument du chanvre. C’est comme quelqu’un qui a trop bu et c’est triste de voir quelqu’un qui perd le contrôle de ses actions. Ernest cueille aussi des mangues (c’est la saison !) dans la parcelle et il va les vendre au marché de Kitambo. C’est un malin qui se fait de l’argent en plus de son salaire. »

____

« Sa nouvelle création est bouleversante de sensibilité. Agnès Limbos, fondatrice de la compagnie belge Gare Centrale, a plongé dans les lettres que son père envoyait du Congo à ses enfants. De ces lettres, elle a fait un objet artistique à la portée universelle. Car si la petite Agnès de 8 ans traumatisée par cette séparation attend avec impatience l’arrivée de chaque précieuse missive, la grande Agnès de 70 ans est sidérée de lire, entre les lignes rédigées par son père, toute la dimension de paternalisme et de racisme contenue dans l’esprit missionnaire. Alors la mini Agnès marionnette et la grande Agnès marionnettiste vont se réconforter l’une l’autre, sur fond d’épisodes historiques. » Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières

____

Avec le soutien de l'hôtel de la Basilique

Distribution :

Compagnie Gare Centrale

Écriture et jeu : Agnès Limbos

Témoin privilégié et dramaturgie : Olivia Stainier

Accompagnement artistique : Sabine Durand

Création lumière et aspects techniques : Nicolas Thill et Joël Bosmans

Création sonore : Pierre Kissling

Création en septembre 2023 au Festival Mondial des Théâtres de marionnettes à Charleville Mézières

 

Co-productions

Maison de la Culture de Tournai/maison de création(B)

Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes (F)

Théâtre des Martyrs et Théâtre de la Montagne Magique à Bruxelles (B)

 

Soutiens

Théâtre de la Poudrière, Neuchatel (CH)

Vélo Théâtre, Apt (F)